L’architecture saine à l’ère du Post-Covid

Juin 2021 | Actualite

Le confinement imposé par la situation de pandémie que nous avons traversée cette dernière année a mis en évidence quelque chose qui n’est pas nouveau, mais qui, jusqu’à présent, était très souvent passé inaperçu : la façon dont les espaces fermés résidentiels, de travail ou de loisirs, dans lesquels nous passons plus de 90 % de notre temps, ont une influence directe sur la santé et le bien-être au quotidien.

À l’instar des immeubles qui influencent la lutte contre le changement climatique, les environnements urbains, responsables en grande partie des émissions de gaz à effet de serre, ont un impact sur la santé des immeubles. Il existe des aspects tels que l’éclairage, l’accessibilité, la climatisation, l’isolation thermique et acoustique, les polluants produits par certains matériaux de construction, ou les composés organiques volatils (COV) qui donnent lieu à un phénomène nommé Syndrome du Bâtiment Malsain (SBM). En 1982, l’OMS l’avait défini comme « l’ensemble de maladies provoquées ou stimulées par la pollution de l’air au sein de ces espaces fermés ». 

À l’issue de la pandémie de Covid-19, l’architecture a acquis plus d’importance sur le bien-être de ses utilisateurs. Elle se reflète à travers des espaces ouverts et flexibles, isolés au niveau acoustique, bien éclairés et aérés, avec des matériaux de qualité et équipés d’une technologie de pointe et de mesures d’hygiène. Certains aspects sont moins quantifiables, mais possèdent une influence marquée sur la santé, comme ceux en lien avec l’apport de couleur ou de végétation pour améliorer l’humeur dans les espaces fermés, ou l’utilisation de surfaces et de textiles antibactériens, capables d’éliminer des substances nocives de l’environnement.

Le Well Building Institute (IWBI) effectue depuis des années des recherches sur la façon de construire des villes et des bâtiments sains, à travers sa Certification WELL. Il s’agit d’un système dynamique de notes attribuées aux bâtiments et aux communautés. Il permet d’identifier, de mesurer et de surveiller les caractéristiques des espaces bâtis qui ont un impact sur la santé et le bien-être de leurs occupants, avec une influence directe sur leur concentration et leur productivité.

Le siège de la firme a élu domicile dans le Parc Technologique Actiu, à Castalla (en Espagne). En octobre 2019, l’ensemble de bâtiments est devenu le cinquième complexe au niveau mondial, le deuxième au niveau européen et le premier au niveau national à recevoir le certificat Well v2 Platine. En outre, il est devenu le premier bâtiment industriel au niveau mondial à cumuler les deux certifications, Leed et Well Platine. Actiu n’a jamais cessé de miser sur la santé et le bien-être de ses travailleurs.

Le siège en question fait actuellement partie des 10 bâtiments en Europe détenant la certification Well v2 Platine. D’autre part, elle a récemment mis en œuvre Gaia by Actiu®, une plateforme intelligente. Ce système permet de mesurer et de surveiller des aspects tels que la température, le taux d’humidité, le son, la lumière, le taux d’occupation, la qualité de l’air et le taux de particules en suspension PM 2,5 et PM 10.

Le processus de certification mis en place par Actiu dans son siège de Castalla afin d’obtenir le label international Well v2 englobe également le prix Best Practice. Cette récompense a été attribuée en 2020 au meilleur projet de gestion des installations par IFMA Espagne. La philosophie Well met en lumière l’importance de créer des espaces de travail qui promeuvent le bien-être. Ce bien-être, l’entreprise le transmet également à ses clients par le biais de sa propre expérience et de ses produits flexibles, durables et sains, qui aident à transformer ses espaces de travail.

Plus d'informations ?

Recevez par mail toute l'actualité, sur les évènements, les nouveautés, les offres, les concours, les récompenses, les designers,...

Pendant ce temps en Actiu.com...

Contacter

Veuillez sélectionner une catégorie pour votre demande.

Choisissez votre cas
Home Actualite L’architecture saine à l’ère du Post-Covid