Eau, architecture et ville

Juin 2018 | Actualite

Avec une présence toujours plus importante dans des domaines très variés, la durabilité –également appelée écologie ou soutenabilité– est étroitement liée au développement des villes. Dans ces dernières, les espaces urbains ainsi que les constructions constituent une partie essentielle d'un processus qui vise à obtenir un équilibre entre la croissance économique, le respect de l'environnement et le bien-être social« L'eau est un facteur clé, pas seulement physiquement et comme une partie essentielle de la vie, mais également pour son rôle dans la chaîne de production, avec le stress hydrique conséquent que cela suppose et la réduction d'eau nécessaire pour la consommation en faveur de la production », indique Xavi Torras, Directeur de la Fondation We Are Water. Concernant sa consommation, sa gestion, son approvisionnement et sa réutilisation, cela fait un certain temps que l'organisation à but non lucratif dirigée par ce dernier mène des enquêtes et que, depuis sa création en 2010, elle contribue à la résolution des problèmes liés au manque d'eau et d'assainissement dans le monde entier.

Une vision complète de l'eau

L'eau, du point de vue de l'urbanisme et de l'architecture, a joué un rôle important lors de la V édition des Journées de l'architecture, de la technologie, du design au service de l'eau et de la société, « Smartwater, Smartcities », organisée par We Are Water. Célébré au Roca Madrid Gallery, l'événement a été l'occasion de connaître de première main les expériences et les projets d'ingénieurs, d'urbanistes et d'architectes spécialisés dans la conception et la gestion de l'eau, d'Espagne et d'Amérique latine, dans un espace de partage des connaissances, de promotion des synergies et de génération des collaborations. « Découvrir des angles différents, qui nous permettent d'obtenir une version transversale du monde et de la problématique de l'eau, est fondamental », indique David Cámara Navarro, de We Are Water, qui souligne la grande influence de l'architecture et de la conception sur le citoyen.

Construction de structures hydriques pour la collecte et l'exploitation de l'eau en Inde.

Construction de structures hydriques pour la collecte et l'exploitation de l'eau en Inde.

Étroitement liés, la problématique de l'eau et le changement climatique sont deux aspects qui conditionnent et préoccupent au niveau mondial. Il est difficile de déterminer quelle est la cause et la conséquence, mais il est certain que les deux doivent être contrôlés et réduits. En effet, le manque d'eau affecte une partie trop importante de la population mondiale. D'après l'Organisation mondiale de la santé, en 2017 près de 3 personnes sur 10 (2,1 milliards) manquaient d'un accès à l'eau potable dans le foyer, et 6 personnes sur 10 (4,5 milliards) d'un assainissement sûr. Cette dernière est une brèche sociale et de qualité de vie que l'on cherche à réduire depuis l'initiative Smartwater à travers une vision complète de l'eau. Des lieux comme l'Amérique latine, la région la plus urbanisée et comptant le plus d'inégalités au monde, d'après la responsable du Fonds de Coopération pour l'Eau et l'Assainissement en Amérique latine et dans les Caraïbes de l'Agence espagnole de coopération (AECI)Natalia Gullón« la taille souvent excessive des villes fait s'effondrer les services d'eau et d'assainissement, rendant ainsi nécessaires des projets d'extension, de redistribution ou de diminution de la demande ». Ce phénomène, d'après Juana Canet Roselló, du Conseil Supérieur du Collège d'Architectes d'Espagne (CSCAE), est bien souvent la conséquence des vagues d'immigrants qui arrivent dans des centres urbains non préparés pour cela, ou les camps de réfugiés qui, avec le temps, acquièrent la condition de villes.

Gestion de l'eau et du territoire

« Les grandes différences entre des lieux et d'autres rendent nécessaire une gestion parallèle de l'eau et du territoire », signale le Directeur du domaine de connaissances et de développement social de la Banque latino-américaine de développement (CAF)Víctor Arroyo. Même si elles sont victimes d'un grand stress hydrique causé par leur surpopulation, les villes latino-américaines sont l'un des lieux dans lesquels l'architecture et le design ont le plus d'influence sociale. Alors que face à d'autres pandémies l'architecture n'a rien à voir, pour les Ambassadeurs We Are Water au Mexique, Arturo et Jorge Arditti, d'Arditti Arquitectos, avec l'eau c'est différent. « La conception des bâtiments et des villes peut contribuer en grande mesure à la problématique de l'eau, à travers des constructions qui permettent de sensibiliser et d'éduquer les citoyens », indiquent les architectes mexicains. L'éducation dans ce domaine, d'après le Panaméen Jaime Ventura, de Ventura&Asociados, doit avoir une gestion complète des ressources hydriques par les autorités, ainsi que, comme l'ajoute le Colombien Juan Guillermo Pérez, de Discorp, une connaissance complète de la situation de chaque lieu.

L'innovation joue également un rôle essentiel dans la gestion des ressources hydriques appliquées à l'architecture et à l'urbanisme, à travers des technologies efficaces qui aident à mieux maîtriser le cycle de l'eau, prévoir la demande et réduire les pertes. Depuis Sofrel Lacroix, son Directeur général, Javier Figueras, insiste sur la quantité de technologie qui existe dans nos villes appliquée au traitement et à la gestion de l'eau, et que nous ne connaissons pas. Cette technologie doit être, avant tout, au service des utilisateurs, être accessible et être facile d'utilisation. « Il est indispensable d'intégrer les éléments d'information géographique : associer la planimétrie de la ville avec les services de la ville par des cartographies numériques permettant d'organiser les secteurs hydrauliques et travailler sur des solutions automatisées », commente Alejandro Beivide, d'Acciona Agua. Pour Jorge Gordillo, de GVA de Mexico, « la technologie doit cesser d'être considérée uniquement comme un objet de consommation pour se transformer en un outil capable de résoudre des problèmes ».

Le musée Guggenheim à Bilbao

Le musée Guggenheim à Bilbao

Le caractère hydrophile de l'architecture

« Nous devons nous adapter au paysage sur lequel nous construisons, à travers une gestion de l'eau désormais incorporée dans la forme de l'architecture, qui permette à cette dernière de fonctionner comme une infrastructure à petite échelle », affirme Carolina González Vives, de Hidra.Design. Pour l'architecte madrilène, ville, architecture et eau sont étroitement liées, car toute modification apportée sur le territoire change entièrement les patrons hydriques. Depuis leur cabinet, ils recherchent comment décentraliser les infrastructures, à travers des espaces qui, de par leur forme, pourraient résoudre des problèmes de contrôle des inondations, d'épuration, de gestion des eaux et des déchets. Cette vision est également partagée par Belén Moneo, de Moneo Brock, pour qui l'architecture doit permettre de promouvoir des mesures et des normes qui obligent aussi bien à recueillir l'eau de pluie dans les constructions qu'à séparer les eaux grises pour leur réutilisation. « Il est important que les certificats auxquels sont confiés les projets ne restent pas sur papier et s'étendent à l'utilisation du bâtiment. Même si l'on conçoit de l'architecture durable et respectueuse de l'utilisation et de la réutilisation de l'eau, si l'utilisateur ne participe pas au processus cela n'est utile pour personne », indique Santiago González, du cabinet d'architecture basé à A Coruña, Naos.

Parc technologique Actiu

Parc technologique Actiu

Depuis Actiu, et comme le signale sa Conseillère et Directrice de la communication, Soledat Berbegal« l'objectif a toujours été de produire en apportant de la valeur à la société et en consommant seulement les ressources nécessaires ». Cette philosophie de vie et de travail se reflète dans son Parc technologique à Castalla, qui, conçu par l'architecte José María Tomás Llavador, a reçu de l'US Green Building Council la certification LEED® Platinum. Le complexe illustre bien la manière d'incorporer des compétences de gestion hydrologique dans l'architecture, à travers des toits qui recueillent l'eau de pluie pour la stocker ensuite dans des réservoirs souterrains pouvant contenir jusqu'à 12 000 m3. Cette vision durable et respectueuse de l'environnement est également partagée par Punta Cana, une station de vacances en République Dominicaine qui, comme le précise l'architecte Liana Reyes, gère de manière responsable les ressources hydrauliques, à travers un aqueduc privé et un processus de collecte des eaux résiduelles et pluviales qui seront réinsérées dans le sous-sol. « On est de plus en plus conscient que l'objectif à l'échelle mondiale est l'eau », indique Gabriel Morales, de Kmbio. Plongé dans un projet hôtelier dans son pays, dont les bases de conception comprenaient, dès le départ, le dessalement de l'eau de mer pour approvisionner les habitations, l'architecte mexicain souligne l'intérêt croissant que montrent les promoteurs pour la problématique de l'eau.

Parc technologique Actiu

Parc technologique Actiu

Plus d'informations ?

Recevez par mail toute l'actualité, sur les évènements, les nouveautés, les offres, les concours, les récompenses, les designers,...

Pendant ce temps en Actiu.com...

Home Actualite Eau, architecture et ville