Tendances dans les espaces de travail

Janvier 2019 | Actualite

Définir les dernières tendances en matière de design et de planification des espaces de travail ainsi que les besoins des clients n'est plus un aspect qui n'inquiète que les cabinets conseils et les studios d'architecture et de design d'intérieur.Des entreprises de construction, des prestataires industriels, et même des compagnies de secteurs a priori traditionnels font déjà partie d'un phénomène en évolution constante et qui a permis, comme le souligne le directeur de Vía Construcción, José G. Osorio,  "en moins d'une décennie que la plupart d'entre elles aient fait du bien-être de leurs travailleurs un aspect fondamental de leur philosophie de travail".

Bien que, tel que l'affirme Eduardo Santos, PDG de SDV & Partners, "la tendance des nouveaux espaces de travail se dirige vers un modèle fast track, avec des environnements de plus en plus dynamiques, qui promeuvent l'interactivité entre les travailleurs", le bureau reste la plupart du temps rattachée à une image préconçue dans le subconscient collectif  "Il s'agit de changer les règles du jeu et de réaliser le projet à partir d'une autre échelle et des éléments qui composent l'espace" , remarquent les associés et fondateurs de Álvarez Sotelo Arquitectos, Jorge Álvarez et Jorge Sotelo, pour lesquels il est essentiel de savoir détecter les besoins de chaque client et de comprendre la conception de l'espace en tant qu'outil pour atteindre les objectifs. En effet, à l'instar de ce qui se passe dans l'architecture résidentielle, où chaque pièce répond à un besoin spécifique, les espaces de travail doivent connaître la même chose.

Jusqu'à l'apparition de l'open space, c'était l'architecture en elle-même qui définissait les utilisations dans les bureaux, mais à présent, bien d'autres aspects sont concernés. Des plus matériels, tels que le mobilier ou la végétation, aux aspects plus "invisibles" a priori, mais non pas moins importants, tels que l'éclairage ou la technologie. "Dans un espace de travail de plus en plus diaphane, le meuble est un outil qui permet aux gens de mieux collaborer, de socialiser, ou au contraire, d'avoir plus d'intimité ou d'apprendre", souligne Soledat Berbegal. Pour la conseillère et directrice de réputation Actiu, les meubles deviennent des outils qui doivent s'adapter aux personnes, et non pas le contraire. "Le meuble sépare les ambiances, absorbe acoustiquement les conversations et offre des points de rencontre et de socialisation".

Le meuble a cessé d'être un objet pour devenir un outil, comme le démontre Actiu Next. Intégrée au mobilier et basée sur des capteurs intelligents IoT -connectés à Internet, cette technologie fournit des données réelles afin d'optimiser le bien-être de l'utilisateur et d'obtenir une relation meubles - personnes plus efficace.Le système de tables collectives, mobiles, rabattables, empilables et réglables, Talent;  et la chaise pour collectivités polyvalente et légère, Whass, sont deux des partis pris les plus récents d'Actiu en faveur des nouveaux espaces de travail.Ils sont exposés dans le showroom que l'entreprise possède à Madrid, dans un espace cédé par Grupo LAR.

Chez Ubbica , on se concentre sur la qualité des ambiances dans les espaces de travail, et sur la façon dont le choix de l'open space doit s'accompagner de politiques d'utilisation qui traitent des problèmes tels que le bruit et l'aération. Pour ce faire, selon son directeur général, Jose Luís Bescansa, et l'architecte, Marina Porro, "il est indispensable d'éviter la continuité d'open spaces interminables en la ponctuant de salles informelles, de petits espaces de réunion ou de bureaux qui réduisent leur échelle afin de devenir plus accueillants".

Il semble essentiel d'intégrer la nature dans les immeubles, grâce à des patios ou même des terrasses qui deviennent la cinquième façade, si l'on souhaite générer du bien-être et favoriser la durabilité.Occupant une place de plus en plus décisive dans l'architecture d'entreprise, le bon paysagisme permet souvent aux espaces extérieurs d'acquérir plus d'importance que l'immeuble lui-même. Pour Carlos García Puente, associé et directeur de projet de Liquid Ambar, les plantes, mais également la lumière et la façon dont elle pénètre à l'intérieur influent sur le confort et la motivation des travailleurs. "Il ne s'agit pas de fixer une place ou de placer un jardin, mais de mettre en œuvre des techniques et d'impliquer les gens", spécifie l'architecte, pour qui il est indispensable de fuir la  "fausse biophilie" du jardin vertical et la végétation artificielle.

"Nous passons près de 40% de notre temps au travail, en conséquence, il est essentiel de rechercher des environnements qui produisent du bien-être", souligne Pablo Méndez, de Tarkett, qui met en relief l'engagement fort des travailleurs en faveur de l'environnement– 70% apprécient que l'entreprise dont ils font partie soit durable–.En effet, comme l'affirme Albert López, de Somfy, "on attache de plus en plus d'importance à la création d'environnements de travail bénéfiques pour la santé, dotés d'une lumière naturelle optimale, d'une température idéale, d'une aération saine et d'un confort acoustique". "La donne a changé, et si avant la crise, les entreprises s'intéressaient aux certifications comme le label LEED ou le WELL pour des raisons spéculatives, à présent il existe une préoccupation réelle vis-à-vis de la durabilité et de l'environnement", remarque l'architecte Claus Spix, de Chapman Taylor.

Si nous considérons que dans toute entreprise, le coût des personnes est le plus important, le fait d'investir dans ses travailleurs génère un crédit pour celle-ci. "La manière de travailler a changé, et si avant, les personnes étaient considérées comme des outils, désormais, l'expérience de l'employé est fondamentale", explique Bárbara Recio, responsable de Workplace Strategy de Savills Aguirre Newman, qui indique trois environnements –physique, technologique et culturel– responsables de cette "expérience du travailleur". Une idée partagée par la directrice de Unispace Iberia, Cristina Martín Díez, et par son associée, Rosa Alba Salag, pour qui les bureaux sont des lieux pleins d'émotions et d'actions qui doivent matérialiser bien au-delà des espaces les valeurs de l'entreprise qu'ils abritent  entre leurs murs.

"Pour innover, il faut également le faire en matière de communication, car ce qui n'est pas communiqué n'existe pas", affirme Soledat Berbegal, qui ajoute que le changement spatial doit toujours s'accompagner d'une transformation beaucoup plus profonde. Un changement de culture d'entreprise que l'équipe de Mallol Arquitectos a expérimenté à travers le transfert de ses nouveaux bureaux, à qui les Archmarathon Awards ont décerné le prix des meilleurs bureaux d'Amérique ."Bien plus qu'un simple contenant, l'immeuble constitue en lui-même l'un de nos principaux outils de marketing", explique l'architecte et délégué régional du studio panaméen, José J. Gil souligne le caractère social d'un immeuble qui appartient à une ville, un environnement, un quartier. Les bureaux en tant que lieu passif et privé sont en voie de disparition, au profit d'espaces dynamiques et d'échange.Comme le souligne Covadonga G. Quintana, associée de Plug & Go, "le bureau n'est plus seulement un lieu pour travailler, mais une partie de toute une stratégie d'entreprise".

Plus d'informations ?

Recevez par mail toute l'actualité, sur les évènements, les nouveautés, les offres, les concours, les récompenses, les designers,...

Pendant ce temps en Actiu.com...

Home Actualite Tendances dans les espaces de travail